Image Antoinette Fouque – « La violence contre les femmes règne partout : banale, structurelle et mondiale ».  | Le Club de Mediapart

Antoinette Fouque – « La violence contre les femmes règne partout : banale, structurelle et mondiale ». | Le Club de Mediapart


Antoinette Fouque – « La violence contre les femmes règne partout : banale, structurelle et mondiale ».  | Le Club de Mediapart

Dès le début des années 1970 à l'université de Vincennes, Antoinette Fouque (mediapart.fr/blog/lobservatoire-de-la-misogynie/290615/antoinette-fouque-la-violence-contre-les-femmes-regne-partout-banale-structurelle) débat sur la sexualité féminine sous la houlette de la philosophe féministe Luce Irigaray. Dans les années 60, la jeune femme lie connaissance avec le fondateur du lacanisme. Avec son directeur de thèse Roland Barthes, la jeune femme obtient un DEA. L'étudiante côtoie la romancière féministe Monique Wittig durant cette période. Diplômée d’études supérieures de Lettres, Antoinette Fouque a d'abord été enseignante.

Antoinette Fouque, théoricienne et auteur

Antoinette Fouque n’est pas tout à fait en accord avec l'essayiste Simone de Beauvoir et ce qu'elle défend dans "Le deuxième sexe". La féminologie, Antoinette Fouque l'explique dans les pages de trois ouvrages écrits entre la fin des années 80 et le début des années 2010. Elle est à l'initiative de l'ouvrage "Le dictionnaire universelle des créatrices", lequel raconte 40 siècles de création des femmes.

Antoinette Fouque prend la défense de femmes en danger telles que la Bangladaise Taslima Nasreen et la Kurde Leyla Zana. Cette militante de toujours s’éteint au début de l'année 2014. Elle aura reçu les plus hautes décorations françaises dont la Légion d'honneur. Le Collège de Féminologie et le Club Parité 2000 ont été fondés par Antoinette Fouque.

Lieux de rencontres, les boutiques de livres inaugurées par Antoinette Fouque sont ouvertes de 11 heures à minuit. C'est en côtoyant les cercles littéraires que, Antoinette Fouque s'aperçoit combien les femmes n'occupent qu'une place mineure dans le domaine du livre. Cette femme de lettres fonde sa propre maison d'édition, Les Editions des femmes dès 1973. Les Librairies des femmes sont inaugurées dans la foulée dans les principales villes françaises.

Du Mouvement de libération des femmes à l'AFD

Une nouvelle organisation baptisée l'Alliance des femmes pour la démocratie voit le jour sous la houlette d’Antoinette Fouque à son retour d'Amérique en 1989. Cette théoricienne du féminisme figure parmi les militantes qui ont lancé le Mouvement de Libération des Femmes. Au début de la décennie 80, Antoinette Fouque s'envole pour les USA et se met en retrait du MLF. Le mouvement, à ce moment victime de de luttes intestines, a de moins en moins d'influence. Le MLF a été lancé afin d'éviter un détournement par les partis.

Elle passe une enfance sereine dans la cité phocéenne. Antoinette Fouque prend consience des problèmes qu’une femme rencontre lorsqu’elle assume ses statuts de maman et de femme alors qu'elle exerce un métier quand elle est maman en 1964. Le père d’Antoinette Fouque est un militant syndicaliste.